Elle en rêvait, elle l’a fait. Ouvrir un cabaret concert ou plutôt un « Kari Téat » comme elle préfère le nommer. Nicole Dambreville a créé le Marg’Oz en janvier dernier. À ses côtés, le chef Patrice Hoarau et trois musiciens de talent, orchestrent des soirées placées sous le signe du patrimoine musical et culinaire de La Réunion. Rencontre.

Direction Saint-Leu, aux Colimaçons les Hauts. Le Marg’Oz se situe à quelques virages avant le décollage des parapentistes de l’Ouest. Ce n’est pas le bout de monde et elle y tenait Nicole Dambreville, à rester dans les Hauts : « d’abord parce que je déteste avoir chaud », lance la diva avant d’ajouter, « et puis, pour moi, c’est dans les Hauts de la Réunion que s’illustre le mieux la culture réunionnaise ». Il faut dire que sur le littoral Ouest, elle disparaît littéralement cette culture lontan faite de caris délicieux et de chansons merveilleuses.

La salle un brin baroque, s’habille de rouge, blanc et noir, le tout plongé dans une ambiance feutrée. Une grande cheminée endormie promet de s’animer l’hiver prochain. Nicole attend ses hôtes à 19 heures tapantes afin de profiter d’un apéritif sur la grande terrasse qui surplombe l’océan. L’occasion de faire connaissance autour d’un punch, de samoussas et autres bonbons piments, maison évidemment.

Robe noire, rouge à lèvre écarlate, les cheveux tirés et un sourire radieux… Nicole Dambreville illumine la petite scène du Kari Téat. Accompagnée de ces trois musiciens, elle entame la soirée en chanson avant de passer à l’entrée. Le Marg’Oz peut accueillir 76 couverts. Sur de grandes tables, les convives se mélangent : « Nous sommes ici pour oublier nos tracas », continue la maîtresse de cérémonie. Pendant près de 4 heures, les hôtes du Marg’Oz profitent d’une parenthèse enchantée ponctuée de chansons jazzy internationales et françaises, d’un répertoire contemporain réunionnais, de quelques titres de Nicole Dambreville ou encore des vieilles chansons lontans, histoire de « craser » un petit séga. Deuxième acte, les plats chauds entrent en scène. Même si le décor se veut chic et raffiné, l’esprit famille et bonne franquette demeure. Les musiciens quittent la scène et deviennent nos serveurs. Patrice Hoarau, le chef et associé de Nicole Dambreville concocte ses caris au feu de bois. Au menu : du coq fermier toujours, le fameux cari la patte cochon, du poisson le vendredi. Une volonté, travailler avec des produits locaux : « à long terme, j’aimerais proposer des produits que l’on cultive ici sur le terrain du Marg’Oz, pareil pour la viande et les volailles, on fera ce qu’il faut pour », confie Patrice Hoarau. Après le cabaret Pat’Jaunes ou encore le Zinzin de la famille Ziskakan… Le Marg’Oz de Nicole Dambreville relève avec brio le défi de faire revivre la culture réunionnaise avec glamour, gourmandise et surtout beaucoup d’humour.

Le Marg’Oz, 21 rue Leconte Delisle

97416 Saint-Leu
Ouvert le vendredi et le samedi uniquement.

La réservation est indispensable au 0692 02 30 22 ou sur www.lemargoz.re

Horaires d’ouverture :

Vendredi à partir de 19h (Kari Téat)

Samedi à partir de 19h (Kari Téat)

Marg’Oz Dating (Dernier jeudi du mois)

Laurène Mazier

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.